Garance Doré : leçon 5

Tenue du jour, dentelle de chez Zara

 



       5- " Ce n'est pas parce que ça arrive tôt dans la vie que ça ne compte pas."







Je pense que le premier amour en est le parfait exemple, d'ailleurs dans le livre c'est bien ce dont il est question. Généralement on se souvient bien des premières fois, bonnes ou mauvaises, elles sont plus marquantes que la plupart des suivantes. Mais aussi parce qu'une première fois est source de curiosités, de peurs et d'appréhensions. C'est bien tout l'intérêt d'une première fois : c'est qu'on ne sait pas vraiment tant qu'on n’a pas essayé.
Tenue du jour, gilet
et jeans de chez Mango

Seulement voila, une première fois ça veux aussi dire qu'on n'y connait rien ou en tout cas, pas grand chose, et le plus souvent ça nous vaut de ne pas être pris au sérieux. Après tout, comment notre avis d'ignorante ou novice pourrait compter à coté de ceux qui maîtrisent ? Comment ma première peine de cœur pourrait être prise au sérieux face aux adultes qui divorcent ? Ridicule ma petite !



Tenue du jour, chaussure
de chez André 
Sauf que non, aujourd'hui avec le recul, je me rends compte que, oui c'est vrai, au début on ne se rend pas compte à quel point il y en aura d'autres, que ça arrivera à nouveau, qu'il faut apprendre à relativiser. Seulement voila, je me rends aussi compte que malgré tout j'avais raison. Ce n'est pas parce que c'est la première fois que ça ne fait pas mal, ce n'est pas parce que c'est la première fois que ce n'est pas sérieux, ce n'est pas parce que c'est la première fois que ça n'est pas marquant, qu'elle doit être prise à la légère. Il y a ce dont on ne se rend pas compte sur le moment et il y a ce qu'on ressent. On ne se rend pas compte que les autres, que les adultes ont un peu raison, mais ça c'est parce qu'il faut vivre pour le voir, mais on ressent la douleur, la peine et la tristesse des premières fois. Et ces sentiments ne peuvent pas être ignorés parce qu'ils sont à la hauteur de nos capacités.

Je n'ai pas encore assez vécu pour savoir comment on aime à 30 ou 50 ans mais je sais que j'ai aimé mon première amour à la hauteur de ce que je savais faire à ce moment là. C'est pour ça que ça m'a blessée à la hauteur de ce que je connaissais des peines de cœur. Peut-être que j'ai plus aimé ou différemment les fois suivantes et donc que j'en ai souffert en conséquence, seulement c'était aussi en fonction de mon évolution. Ce n'est pas une question de quantité, de degré de bonheur, d'amour ou de peur, c'est une question de savoir qui nous étions à ce moment là !


Et  personnellement je ne laisserai personne nier ce que j'ai pu ressentir ou ce que je ressens aujourd'hui même si je ne sais pas encore tout !


Commentaires

Un jolie message !

Nom

E-mail *

Message *

Articles les plus consultés