Se souvenir d'une définition



« Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées. » Maurice Denis  






Voici la première chose que l'on m'a apprise en histoire de l'art cette année. Citation essentielle à la peinture mais aussi à l'histoire de l'art qui remet beaucoup de choses en question dans ce domaine. Personnellement elle fait écho à quelque chose de beaucoup plus grand en moi. 
Remettre en question ce qui m'arrive est, je dirais, inné chez moi, de part le fait de mon manque de confiance en moi. Mais c'est aussi l'occasion de remettre en question ce qui m'entoure et ma façon d'interagir avec mon quotidien. Parce que la vie, le quotidien avant d'être des actions répétitives, des inconnus et des mauvaises nouvelles, c'est des émotions en batailles.



Un artiste est selon moi quelqu'un qui voit le monde avec une plus grande sensibilité. Disons qu'il l'appréhende à fleur de peau. En ce sens, je suis peut-être une artiste. Mais oui certaines personnes voient le quotidien avec des yeux différents, ils ne voient sans doute même pas le quotidiens en tant que tel, mais plus comme quelque chose de grand, tellement grand. Il devient plus qu'une suite d'actions. Pour moi c'est une suite d'émotions. Parce qu'une chute peut faire rire et un compliment pleurer, c'est l'émotion qui compte, qui détermine ce qui arrive et ce qui va arriver.

La vie avant d'être une suite d'actions assemblées en quotidien, c'est des émotions en pagailles qui créent une vie.

Je pense que quand on garde ça à l'esprit, on relative sur un bon nombre de point, des choses qui arrivent, qui nous blessent mais qui en fin de compte repartent si on les laisse filer. Mais je crois que c'est aussi cette façon d'aborder les choses qui fait naître des idées. Le quotidien sans rêves, au premierdegré est ce qui l'est, alors que quand on prend du recule, qu'on relativise il devient tellement plus. Récemment, un homme de la finance m'a dit que je passais trop de temps le nez en l'air (à regarder Londres accessoirement). C'est vrai qu'une ou deux fois j'ai trébuché, oups ! Mais je ne suis pas sure qu'il ait vu le magnifique tag sous le pont, ou encore le pétale d'un rose pale magnifique toucher le sol comme une caresse. J'ai trébuché mais j'ai eu l'idée d'un mouvement, d'une robe pourquoi pas, ou d'un camaïeu de couleur pour des photos (toutes roses).

Le bonheur vient peut-être des détails, mais si on ne prend pas le temps d'apprendre à regarder ces détails on ne les verra pas. Dommage. Moi je ne veux passer à coté de ces fleurs, de ces tags, de ces choses futiles qui ne servent que mon imagination. Et peut-être un peu mon quotidien aussi. Je préfère qu'il soit rempli de ce genre de choses, que de petits détails gris.

Les enfants ont une vie qui est, sur certains points, beaucoup plus belle que celle des adultes, selon moi bien sûr. Et j'aime à rechercher ce qu'ils voient et découvrent au quotidien, parce que "le doute est le sel de l'esprit " mais aussi parce qu'un jeu ne blesse pas autant qu'un enjeu majeur. 
Je ne veux pas faire de ma vie quelque chose de gris et ennuyeux. Ma vie ne sera pas n'ont plus un jeu perpétuel sans sérieux aucun. Alors j'ose espérer qu'elle sera remplie de pétales roses qui tombent du ciel pour caresser le sol d'un pays étranger …

Love ! 
Jone 

Commentaires

Un jolie message !

Nom

E-mail *

Message *

Articles les plus consultés