samedi 2 avril 2016

Ces instants où on doute de tout ...

Parce que se remettre en question c'est bien, laisser tout le monde nous remettre en question c'est différent ...


J'ai eu une semaine plutôt mouvementée, notamment à cause d'un projet personnelle pour l'école que je gère (presque) toute seule et que je dois mener à bien jusqu'a la fin de l'année (qui s'arrête tôt, il faut le dire). Un oral n'est jamais un moment agréable à passer non plus, ça demande du travail en plus de celui qu'on a quotidiennement. En tout cas ça a surtout été ça cette semaine et depuis quelques unes avant : travail travail et encore travail ...

Seulement voila, à force de travail, de courir toujours après quelque chose, d'avoir tout le temps la tête à quelque chose, quand on la relève on est souvent un peu étourdie. Quand après avoir fini cette tache qui te tient tant à coeur, ou quand tu as juste besoin de faire une pause car la folie te guète, il y a cette espèce de contre coup. 

Dernièrement je vous parlais de ces moments où on a juste besoin de respirer, cet étourdissement que provoque le travail, les choses à faire, le quotidien,  il  arrive avant. Pour respirer il faut connaitre le bout, il faut voir la lumière à la fin du tunnel. Alors que l'étourdissement arrive sans prévenir, quand on prend juste cinq minutes pour faire des courses entre deux choses à faire, dans le métro quand on s'assoit. Il arrive, nous casse : coup de barre. 

Mais il n'y a pas que le travail dans la vie, cet instant arrive à d'autres moments aussi. Suite à une réflexion, personnelle ou d'une personne extérieure, après une leçon de vie dans un film ou dans un livre (généralement la fin d'un film pour moi).

Le doute, et si tout ça ne servait à rien ? Si je me voilais la face depuis le début ? 
Si tout ce travail n'était que la plus petite chose qui va m'arriver. Si même en travaillant beaucoup, c'était déjà le minimum à faire ?

"Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille", seulement sans "si" on ne verrait pas plus loin que le bout de notre nez et la philosophie n'existerait peut-être pas. Sans se poser les questions qui ne nous viennent pas quotidiennement, on stagnerait. 
Apres avoir douté pendant un bon bout de métro j'ai réalisé que ces instants de doute font partie d'un processus, ou en tout cas de mon processus de création; voir même ils font partie de mon fonctionnement. Je n'ai pas confiance en moi et je doute. Mais ces instants m'apportent beaucoup, autant qu'ils peuvent  faire chasser une bonne idée de mon esprit. 

Je n'ai pas tant d'emprise que ça sur les moments où je doute de tout, par contre je peux choisir ce qui me fait douter. Est-ce que ce qui crée en vous des instants de doute valent vraiment le coup ? 

Love ! 
Jone



2 commentaires:

  1. Hey !
    Je pense que c'est normal de douter, de temps à autre. Le tout est de ne pas oublier d'avancer, et de parfois se laisser aller à nos rêves les plus fous ! ;)

    http://emiliaisa.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  2. Les rêves le plus fous font envies ! Le doute permet aussi d’être sure qu’on en ai réellement envie !
    Love ! Jone

    RépondreSupprimer