jeudi 7 avril 2016

Garance Doré : leçon 8

             


  8- "Ne restez pas planté à regarder quelqu'un que vous aimez se faire maltraiter. Vous ne vous le pardonnerez jamais"







Parce qu'on est tous différents, on gère tous les paroles de façon différentes. Certaines personnes ont une carapace si dure qu'on se demande si quelque chose peut les atteindre. D'autres sont au contraire hyper sensibles et un rien ne les blesse.


J'ai lu, un été un livre passionnant (bien qu'un peu long je dois bien l'avouer) de Douglas Kennedy qui s'intitule "Quitter le monde" et j'ai, depuis, retenu cette phrase : "Les mots comptent. Les mots construisent et détruisent. Les mots restent. " Trois phrases qui veulent dirent tellement plus que quelques mots sur un vieux livre. Mais l'idée est importante, les mots ont une réel force. Je pense qu'ils peuvent blesser autant qu'un acte mais aussi changer une vie. Il suffit quelque fois de quelques mots pour que tout bascule.

Mais ce n'est pas toujours évident à voir, parce qu'un mot s'envole. C'est vrai après tout, il ne laisse pas de marque. Pourtant on peut mettre des mois à cicatriser. Il n'y a pas de médecin et rares sont les fois où on peut faire quelque chose contre. Les mot s'envolent sans laisser de trace sauf à l'intérieur de la personne à qui ils sont destinés.


Parce que le souci est aussi là. Quand des mots ne nous sont pas personnellement destinés, ils nous passent loin au dessus. Quand on ne s'adresse pas à nous, les mots n'ont pas la même portée.
Je ne sais pas vous mais quand je suis blessée par une parole au milieu d'un groupe, je me sens seule. Je suis entourée, tout le monde a vu, tout le monde a entendu mais personne ne réagit. Parce que pour eux ces mots sont normaux, ils ne le prennent pas personnellement. La réflexion n'était pas pour eux, alors ils n'écoutent pas. Pourtant ils sont là et savent que quelqu'un parle.
Il est donc très difficile de savoir quand une parole a blessé parce que des fois, même la personne qui la formule n'a pas l'intention de blesser. Juste c'est sa façon de s'exprimer, d'appuyer involontairement là où ça fait mal. Simplement parce que cette personne est différente de nous.

Alors de là à dire que quand c'est quelqu'un d'autre que moi qui est visé, je pourrai intervenir. Oui c'est l'idéal mais c'est compliqué. Sans chercher des excuses, ce qui nous touche et blesse ne blessera peut-être pas la personne d'à coté et dans ce cas, elle n'a pas besoin d'être défendue ...
Cependant, on peut être là. Parce qu'un mot qu'on garde à l'intérieur peut faire beaucoup de dégât quand il tourne dans notre tête. Il suffit d'être là pour protéger des dégâts supplémentaires. On peut rarement retirer une parole, quand elle est dite, elle est dite. Mais on peut être à coté de la personne blessée pour rétablir la vérité et la sérénité.

Et puis si ce n'est pas le cas, si personne ne peut comprend, vous trouverez toujours un papier et un crayon ... Sinon il y a blogger !




Love ! 
Jone 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire