samedi 7 mai 2016

After et Before : un pas en avant ...


Trois en arrière ! Je ne pensais pas cela possible ... Dommage !




 

Il faut que j'avoue j'ai acheté trois gros livres d'un coup au début du mois, puis deux avant la fin. Je les ai tous dévorés. Des histoires d'amours et d'érotisme bien sûr. Mais pour se vider la tête c'est encore plus efficace qu'un film sur moi !
 
J'ai beaucoup vu de pub dans le métro pour After de Anna Todd, j'ai lu la quatrième de couverture et je me suis dis "why not ?" Je crois que je n'achèterai plus de livre sur un why not ... Bon j'exagère un peu, je l'ai fini, il est pas si mal MAIS...
 
Pour résumer : À 18 ans, Theresa « Tessa » Young est une jeune étudiante ambitieuse, volontaire et réservée. Elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal. Celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux… Mais ça, c'était avant qu'il ne la bouscule dans le dortoir de l'université. Lui, c'est Hardin Scott, bad boy, tatoué, percé, avec un très bel accent anglais ! Il est grossier, provocateur et cruel, bref, il est le type le plus détestable que Tessa ait jamais croisé. Et, pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle. Cet homme ingérable, au caractère sombre, la repousse sans cesse, mais il fait naître en elle une passion sans limites. Une passion qui contre toute attente, semble réciproque. Initiation, jalousie, mensonges, entre Tessa et Hardin, est-ce une histoire destructrice ou un amour absolu ?
 
 
Non je n'ai pas plus apprécié que ça After, l'idée est toujours aussi attachante le bad boy qui décoince la petit blonde effarouchée. Seulement depuis Grease c'est une histoire vue et revue, et pour qu'elle soit intéressante il faudrait qu'il y ait quelque chose en plus. C'est un peu ce que je reproche à ce livre, il n'y a pas la petite étincelle ! ( Et il faut avouer que c'est un peu crucial !)
Pourtant ce n'est pas de la faute aux personnages qui n'en reste pas moins attachants. LA preuve j'ai fini le gros (gros) livre ! Seulement je crois qu'en plus de tout ça je n'ai pas aimé la prose. Dans de plus en plus de livres on se met totalement à la place des personnages, c'est à dire dans leurs pensées. Soit (on repassera pour le coté mystère). Et chez certains auteurs c'est génial ! Notamment chez Christina Lauren, mais chez d'autres c'est plus mitigé ...
 
Oui l'esprit humain est ardu, et écrire des pensées, créer un fils conducteur, faire comprendre à tous, ce n'est pas évident. Mais répéter cinquante fois la même chose avec différents mots n'est pas forcement la solution. Comme faire un pas en avant et trois en arrière... Pris dans la romance de l'histoire on ne s'en rend pas forcement compte, sauf qu'après avoir fini le livre, la seule chose qui me venait c'était : "tout ça pour ça ? Vraiment ? "
 
Ceci explique pourquoi j'ai acheté Before. Après tout, d'un point de vue masculin, ça sera peut-être plus sympa non ? Ses pensées à lui sont peut-être plus fun que celles de madame sainte-nitouche ? Et bien non ... Le bouquin est moitié moins gros, avec des débuts d'histoires par-ci, des bouts de l'histoire principale par là et ... Non vraiment, je ne vais plus m'acharner, je crois que cette histoire n'en vaut malheureusement pas le coup pour ma part.

Love, 
Jone ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire