mardi 10 mai 2016

Te dire non

Pour toutes ces fois où on dit « oui » alors qu'on sait pertinemment que c'est « non ». 





Pour être facile à vivre, pour ne pas faire de vagues, pour ne pas se faire remarquer, on a vite tendance à s'effacer. On ne répond plus ce dont on a envie aux questions qui se posent mais ce qu'on "doit" répondre, ce qui passe mieux. Pour ne pas déranger, on laisse les autres décider, persuader qu'eux ils savent mieux que nous. Et puis ça à l'air de fonctionner, alors peu à peu on le fait de plus en plus souvent. Après tout, ça a l'air d'arranger tout le monde non ?  "Comme tu veux" "comme ça arrange " devient un credo ...

Et tout d'un coup, on ne se rend même pas compte qu'on s'oublie. Et on avance sans savoir qui on est. 

Aujourd'hui je me rends compte qu'après avoir évité toutes ces petites questions très simples, je ne sais pas qui je suis. En tout cas j'ai du mal à savoir qui je suis. Parce que répondre à "qui suis-je ? " c'est compliqué alors que répondre à de petites questions quotidiennes c'est beaucoup plus facile. Mais surtout ce sont ces petites questions qui aident à me définir.


Aujourd'hui je cherche quand même à mieux me connaître, moi avec moi-même. Mais aussi avec les autres. Le regard qu'on porte sur soi est très important, c'est lui qui définit qui on a envie d'être; ce qui déjà n'est pas si facile. 

Qui as-tu envie d'être ? 

Mais les autres, même s’ils sont souvent moins importants dans notre estime de nous que la place qu'on leur donne, ils rentrent en lignes de compte. C'est très beau de dire qu'on se fout de ce que pensent les autres, mais c'est pas forcement vrai. La vérité c'est qu'on se construit aussi avec le monde et les regards qui nous entourent. Je parle des autres, parce qu'il y a quelques semaines on m'a dit " tu dis beaucoup non". C'est vexant non ?

Non ! Pas du tout, ça m'a rendu heureuse, la preuve je l'ai noté et je m'en sers aujourd'hui parce que j'ai compris. La première chose c'est que dire non bah ... C'est top et ça fait un bien fou. Alors tout comme je fais des cookies avec double dose de sucre, je peux me faire plaisir sur les non, après tout je suis encore loin d'en abuser ( des non bien sûr, pas du sucre ça j'en abuse bien assez !). Ce que j'ai aussi remarqué, c'est qu'une phrase peut avoir un sens quand elle est dite et un autre dans la façon dont elle est entendue (intéressant ...). Mais plus encore en faisant un petit bilan dernièrement, j'ai compris qu'un non est un non quelque en soit le contexte.


J'ai souvent idéalisé un type de femmes qui disaient non juste pour minauder. Juste pour qu'on les remarque alors qu'intérieurement elles ne rêvent que de ça. Je comprends maintenant que répondre non à une question n'est pas forcement un caprice ou un moyen attire l'attention.  Dire non c'est dire, Non moi je n'en ai pas envie, toi tu fais comme tu veux. Parce qu'à propos de ça aussi je me suis trompée. J'ai fait une erreur en pensant que dans certaines situations, on ne pouvait pas dire non. 


 On peut toujours dire non. Parce que ça n'appartient qu'à nous de décider qui on veut être.

Dire non, ne fais pas de moi une jeune fille capricieuse, mais ne pas savoir ce que je veux fait de moi une personne creuse. Je ne suis pas une personne creuse dont on peut faire ce qu'on veut. Alors , Non je ne dis pas souvent non ; mais promis je vais commencer ! 


Love ! 
Jone

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire